Le risque sismique

Le risque sismique est lié à l'aléa sismique et à la vulnérabilité de la construction, raison pour laquelle une démarche globale de conception parasismique dans la construction doit être mise en place. Elle doit s'appuyer sur trois points :
  • respect de la réglementation parasismique.
  • conception architecturale parasismique.
  • mise en œuvre soignée de la construction.
     

On parle de risque quand il y a conjonction d'un aléa avec des enjeux (personnes, biens, activités) vulnérables. Le risque sismique peut être estimé en termes de conséquences notamment sur la vie humaine, l'économie, l'environnement.

Les conséquences humaines Le séisme est le risque naturel majeur le plus meurtrier, tant par ses effets directs (vibrations du sol, causant
des chutes de meubles ou d'objets, l'effondrement des bâtiments vulnérables, etc.) que par ses effets induits
(mouvements de terrain, tsunamis, etc.). Le séisme peut non seulement être la source de victimes, mais aussi de
personnes sans abri et déplacées.
Les conséquences économiques

Un séisme et d'éventuels effets dominos peuvent engendrer l'endommagement ou la destruction des habitations, des
outils de production (usines, bâtiments des entreprises, etc.), des ouvrages d'art (ponts, routes, etc.), des réseaux d'eau,
d'énergie ou de télécommunications, causant des pertes matérielles directes mais aussi des perturbations
importantes de l'activité économique et de l'organisation des secours.

Les conséquences environnementales Un séisme peut engendrer des pollutions importantes des milieux naturels liées à la rupture d'équipements industriels
(ex. : stockage d'hydrocarbures déversé en mer). Par ailleurs, un séisme fort peut se traduire en surface par des
modifications du paysage (décrochements, apparition ou tarissement de sources, glissements pouvant barrer une vallée,...)



















 
zonage_sismique_france_1208_300dpi-2
 

Une construction réalisée avec des matériaux de mauvaise qualité ou par des assemblages d'éléments précaires, risque de s'effondrer suite à des secousses de faible intensité.

 
Une application stricte des règles générales de la construction lors de la conception du projet, ainsi qu'une bonne exécution des travaux, permettent aux bâtiments de résister de façon satisfaisante aux séismes de faible intensité.
 


Pour plus d'informations sur les risques sismiques de la France :

 

Les Documents Techniques Unifiés (DTU)

« Les DTU (Documents Techniques Unifiés) sont des documents qui réunissent l'ensemble des règles de mise en œuvre et des règles de calcul pour les travaux du bâtiment. Ces documents de référence, qui représentent un gage de respect des « règles de l'art », s'adressent aussi bien aux maîtres d'ouvrage, aux maîtres d'œuvre, aux entreprises, qu'aux experts en cas de litige. Les DTU qui sont le fruit d'une coopération entre professionnels de la construction et l'AFNOR (Association Française de Normalisation) sont publiés par le CSTB (Centre Scientifique des Techniques du Bâtiment). Depuis 1989, les DTU font partie des normes françaises NF ; ainsi, à chaque DTU correspond un numéro de norme NF.
 
 
Pour plus d'informations sur les Documents Techniques Unifiés (DTU) des différents métiers du bâtiment :
 

La Réglementation Thermique

RT Historique
1998 Signature du protocole de Kyoto
2000 Première réglementation thermique RT 2000
2002 Directive Performance énergétique des bâtiments
2004 Plan Climat
2006 Réglementation thermique RT 2005 en application depuis le 01.09.2006 pour les bâtiments neufs 
2007 Réglementation thermique dans l'existant (arrêté du 03.05.2007)
2012 Réglementation thermique RT "Grenelle de l'environnement 2012"

 

 

RT "Grenelle environnement 2012"

Principes généraux :

Le décret fixe les exigences de performance énergétique que doivent respecter les bâtiments neufs et les parties nouvelles de bâtiments, notamment les trois exigences de résultats suivantes : 

  • La limitation de la consommation d'énergie primaire
  • L'optimisation de la conception du bâti indépendamment des systèmes énergétiques mis en oeuvre 
  • Le confort en été avec une limitation des surchauffes dans le bâtiment en période estivale

La RT 2012 s'articule toujours autour de cinq usages énergétiques : chauffage, climatisation, production d'eau chaude sanitaire, éclairage et auxiliaires (ventilateurs, pompes, ...).

​Ces exigences s'appliquent :

  • A tous les permis  de construire déposés après le 28 octobre 2011 pour les bâtiments neufs à usage de
    bureaux ou d'enseignement, les établissement d'accueil de la petite enfance et les bâtiments à usage d'habitation
    construits en zone ANRU
  • A tous les permis de construire déposés depuis le 1er janvier 2013 pour les autres bâtiments neufs à usage d'habitation

​Les exigences à respecter sont des exigences de performances globales (consommation d'énergie et confort d'été) et des exigences de moyens

Les exigences de performances énergétiques globales sont uniquement exprimées en valeur absolue de consommation (niveau moyen exigé 50 kWh/m²/an).

Introduction d'une exigence d'efficacité énergétique minimale du bâti pour : 

  • Le chauffage
  • Le refroidissement
  • L'éclairage artificiel

Cette exigence prend en compte l'isolation thermique et permet de promouvoir la conception bioclimatique d'un bâtiment.

  • Suppression des exigences minimales (valeurs garde-fou parois) qui n'ont plus lieu d'être.
  • Introduction de nouvelles exigences minimales:
    recours aux énergies renouvelables
    obligation de traitement des ponts thermiques
    obligation de traitement de la perméabilité à l'air (logements neufs).

La Réglementation Thermique 2012 repose sur deux coefficients : le Besoin Bioclimatique (BBio) et la Consommation (C). Le coefficient BBio correspond aux déperditions(pertes naturelles et besoin des usagers) moins l'apport gratuit (chaleur humaine, du soleil, etc.). Le coefficient C correspond au besoin sur le rendement des équipements.

Le tableau ci-dessous représente les exigences (consommation d'énergie) prévues pour la RT 2012, comparativement aux exigences de la RT 2005 en logement.

 

Tableau-comparatif-RT2005-RT2012 cepmax-regions
 

* Cette valeur moyenne, exprimée en kWhEP/m²/an, étant à moduler en fonction de la localisation géographique, des caractéristiques, de l'usage et des émissions de gaz à effet de serre des bâtiments.

Pour plus d'informations sur la Réglementation Thermique RT 2012 :

 PDF

 

Accédez à nos catalogues

 acces_catalog_gauche

Promotions, Nouveautés, Actualités

Restez informés de l'actualités de vos magasins BigMat en vous inscrivant à notre NEWSLETTER

Actualités

Promotions du mois de Décembre Spéciales Noël !

Cadeaux de noel 2017
Pour Noël faites plaisir à vos proches avec ces nombreuses promos sur l'outillage BOSH... 
En savoir plus...